Get Adobe Flash player

Commentaires récents

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  

    Actualité en vidéos

    Hiver exceptionnel en Algérie. (Vidéo datant du mois de février 2012)
    Russie: une élection "irrégulière"?
    Kofi Annan : l'émissaire de la dernière chance en Syrie.

    Visite du premier ministre à Bejaia / Sellal donne le coup d’envoi des travaux de la pénétrante Bejaia-Bouira

    Le Premier ministre, M.Abdelmalek Sellal a donné ce samedi à Bejaia le coup d»envoi des travaux de réalisation de la pénétrante en deux fois trois voies, devant relier Bejaia à l»autoroute Est-ouest, sur une distance de 100 km. Le projet, confié à un groupement d»entreprises algéro-chinois, outre le lot routes, repose sur la réalisation de 46 ouvrages d»arts, sept échangeurs, 13 viaducs, 1 tunnel de 1105 mètres linéaires, 15 murs de soutènements et trois aires de services. Il suit un tracé qui va de la périphérie du port de Bejaia jusqu’à Ahnif (Bouira), le long de la rive gauche de l»oued Soummam dans le sens de l»écoulement de ses eaux, en passant par les villes de Tala-Hamza, El-kseur, Sidi-Aich, Amallou, Akbou, Tazmalt, et Mechdellah. Son couloir est projeté dans la vallée de la Soummam sur une distance de 80 km et le reste dans la vallée du Sahel à Bouira, selon l»Agence nationale des autoroutes (ANA), qui prévoit sa réception dans un délai de 36 mois. Inscrit depuis 2005, ce projet à caractère structurant, a accusé beaucoup de retard, notamment dans la concrétisation des études y afférentes. Son inauguration apportera un véritable soulagement autant aux populations locales qu»aux usagers de la route en général, soumis depuis des années à la congestion des routes nationales 12 (Bejaia-Tizi-Ouzou) et 26 (El-Kseur û Tazmalt), toutes deux au bord de l»étouffement. Le trafic y est important, accablé de surcroît, non seulement par l»état des deux routes et la noria de camions fréquentant le port de Bejaia ou la zone industrielle de Taharacht (Akbou), tous deux connus pour leur dynamisme et l»activité qu»ils charrient. Aussi sa réalisation prend une consonance particulière, car au-delà du désengorgement des axes actuels et l»amélioration des conditions de déplacement prévues, son impact va se mesurer en terme des effets qu»il va induire sur les activités économiques de la région et le développement local en général. Outre le nouveau souffle qu»il va apporter au port de Bejaia, devenu la première plate-forme portuaire du pays depuis 2012, avec un volume de trafic de l»ordre de 20 millions de tonnes, et qui va pouvoir acheminer et transborder rapidement ses « frets» extra-muros, ce sont toutes les zones d»activités, implantées à ses flancs qui vont pouvoir bénéficier des avantages qu»il offre.Le cas vaut à l»évidence pour celle de Taharacht d»Akbou, premier pôle économique de la wilaya, mais aussi pour celles d»El-kseur, qui s»affirme de plus en plus comme une zone qui compte. Dans ce contexte, il est utile de souligner, que Bejaia, a bénéficié de deux nouvelles zones industrielles d»envergure, notamment à Boudjellil et El-kseur, dont l»aménagement confié à l»ANIREF est de nature à impulser substantiellement l’investissement local et par ricochet le développement de la wilaya. Pour renforcer, cette vision des choses, la réalisation de cette pénétrante va se faire concomitamment, d»une part au dédoublement de la RN-26, déjà inscrit à l»étude, notamment le tronçon reliant El-kseur Sidi-Aich, sur 18 km et qui sera un prélude à son extension vers Akbou et Tazmalt, selon la D.T.P, et d»autre par le dédoublement de la voie ferrée, entre Bejaia et Béni-Mansour, sur 100 km également, dont la mise en úuvre est imminente. Autant de projets, dont la conjonction avec la pénétrante est de nature à améliorer sensiblement, voire à refonder le réseau de communication de la wilaya, avec en toile de fond la promesse, d»offrir les conditions optimales d’une relance économique forte et durable.En donnant le coup d’envoi de ce projet structurant le Premier ministre a insisté sur le respect des délais de réalisation.

    Il inspecte les travaux de réalisation de l’échangeur des ‘’4 chemins’’, à Béjaia
    Le Premier ministre, M.Abdelmalek Sellal, a inspecté, samedi à Béjaia, les travaux de réalisation de l»échangeur des ‘’4 chemins’’ , situé dans la zone sud de la ville, à l»intersection de la RN 12, reliant Béjaia à Tizi Ouzou et la RN 09 reliant Béjaia à Sétif. Entamé en mai 2012, ce projet, qui a connu quelques contraintes liées notamment au déplacement des réseaux d»utilité publique (eau , gaz, fibre optique et électricité), se trouve actuellement en phase de la mise en place des pieds, de semelles et de fûts ainsi que la préfabrication des poutres en béton. D’un coût prévisionnel de l»ordre de deux (2) milliards Da, l»ouvrage en question repose sur la réalisation de quatre (4) ponts, huit (8) rampes d»accès, l»aménagement de deux (2) carrefours plans, ainsi que des liaisons routières de 10.500 mètres linéaires. Confié à un groupement d’entreprises nationales spécialisées, à savoir l»entreprise nationale des grands ouvrages d»art (ENGOA) et la société nationale des travaux publics (SNTP), le projet devrait être livré dans un délai de 24 mois. Le Premier ministre a insisté, à cette occasion, sur le respect des délais de livraison ainsi que sur la qualité des travaux..

    Il inspecte les chantiers de l’université de Bejaia

    Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a inspecté samedi, plusieurs structures et chantiers relevant de l»université de Bejaia, notamment le nouveau site d»Amizour (35 km sud de Bejaia) destiné à accueillir à terme la faculté des sciences juridiques qui sera dotée de 4.000 places pédagogique et d’une résidence universitaire de 5.000 lits en cours de réalisation.
    Le projet, inscrit au programme quinquennal 2010-2014, obéit au plan d»extension de l»université de Bejaia, appelée dans un futur proche à se scinder en deux universités distinctes, en l»occurrence ‘’Targa Ouzemmour’’ et ‘’Aboudaou’’, auxquelles seront rattachés deux pôles que sont Amizour et El-kseur, spécialisés respectivement en sciences juridiques et en sciences économiques, avec en prime la mise en place d»un cumul de 12.000 places pédagogiques et 6.000 lits, déjà en chantier. Cette option a été dictée par l’ampleur des effectifs de cette université, dont le nombre avoisine déjà 43.000 étudiants, répartis sur 8 facultés. «Nous ployons sous le poids du nombre’’, a souligné, à cet égard, le recteur, qui estime au demeurant que le souci majeur réside dans la carence des infrastructures d»hébergement, des oeuvres universitaires, en général. ‘’Aucune nouvelle infrastructure n’a été réalisée depuis2011’’, a-t-il déploré. Dans la perspective de la rentrée prochaine, ‘’l»université a les moyens de gérer au plan pédagogique les nouveaux effectifs mais pas en ce qui concerne l’hébergement «, a ajouté ce responsable , soulignant ‘’l»impératif ‘’ de réceptionner la résidence de 5.000 lits, prévue à Amizour, dont la progression du chantier est estimé à près de 60 %. ‘’ C»est une exigence impérative’’ a-t-il indiqué, observant que le déficit en l»espèce est important, d’autant plus que l»université doit libérer et rétrocéder une cité d’habitation sociale qui a été mise à la disposition de 5.000 étudiants au début de l’année. Sur le plan pédagogique, l»université va bénéficier de l’apport de plusieurs structures, notamment, une nouvelle bibliothèque, un auditorium de 1000 places et 40 laboratoires de médecine et de recherche.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    Mardi 30 septembre 2014
    activites-culturelles-180x105
    telegrammes

    Programme TV Nationale

    Programme TV Nationale
    meteo